C’est moi, c’est moi Lola

Lola, 1961

Afficher l'image d'origine

Premier long-métrage de Jacques Demy, premier chef-d’œuvre et éclosion d’un nouveau talent de la Nouvelle Vague. Après François Truffaut et Les 400 coups de 1959, Jean-Luc Godard et A bout de souffle de 1960, c’est au tour de Jacques Demy de s’imposer avec son sublime Lola. Et comme ses camarades, pour un coup d’essai c’est un coup de maitre.

J’ai vu  Lola après avoir vu Les Parapluies de Cherbourg ou encore Les demoiselles de Rochefort. Et si le film est en noir et blanc, on retrouve les thèmes de prédilections de Demy : la fille-mère, l’attente du grand amour… et son mode de narration : les destins se croisent, pendant un temps ils s’ignorent mais ils finissent par s’unir éventuellement.

Jacques Demy nous emmène à Nantes, à la rencontre de plusieurs personnage. Lola, un danseuse de cabaret qui élève seule son fils Yvon en attendant que Michel le père revienne. Roland qui n’aspire qu’à partir et qui est fou amoureux de Lola. Mme Desnoyers, veuve qui rencontre par hasard Roland et qui en le voyant se met à revivre. Cécile sa fille qui suivra un chemin similaire à celui de Lola et enfin Frankie un marin en permission qui se cherche. Tous différents, ayant tous une part de mystère : ils nous captivent.

Afficher l'image d'origine

Jacques Demy aime la province, elle donne un charme particulier à ses films, une atmosphère singulière. Lola se passe à Nantes, et sert de prétexte à l’évolution des personnages, comme dans les autres films que Demy réalisera. Nantes est ce qui pousse Lola à rester : elle attend désespérément le retour de Michel, l’homme de sa vie. Mais Nantes est aussi ce qui a poussé Michel à partir: il ne pouvait y faire fortune, se construire la vie dont il rêvait. Nantes motive également Roland à partir : il y a Lola qui ne l’aime pas et comme Michel il rêve d’ailleurs et d’aventures.  Cécile quittera Nantes quant à elle Nantes quand Frankie sera parti. Nantes est utilisée comme moteur de la vie des personnages, à la fois aimant et repoussoir. Elle justifie une bonne partie des actions des personnages, comme le sera plus tard Cherbourg ou Rochefort.

Demy décrit de façon charmante la vie en province : la vie quotidienne des petits commerce (le café de Claire ressemble beaucoup au café de Madame Yvonne), tout le monde se croise même s’ils ne se connaissent pas forcément, les fêtes foraines …. Et puis il nous plonge dans cette atmosphère tranquille, joyeuse loin de l’effervescence et des gens pressés de la capitale. Ce cadre donne à son film une certaine légèreté, un ton enivrant et une énergie qui transcende le spectateur.

Afficher l'image d'origine

C’est dans ce décor qu’évoluent les personnages qui ne sont pas ce qu’ils paraissent car ils ont un passé, qui vit encore ou qu’ils cherchent à effacer. Lola nous apparaît d’abord avec un regard extérieur puis  avec le regard de Roland. Finalement ces deux regards sont assez similaires. Au premier abord, on a l’impression que Lola n’est qu’une danseuse frivole, entraîneuse et qui aime se faire courtiser. Mais elle aime son fils et tente tant bien que mal de l’élever. C’est l’image que Roland se fait de Lola quand il la retrouve; image qui tranche grandement avec ses souvenirs. Indéniablement Lola a changé, si sa beauté est restée intacte, elle a changé. Roland pense qu’elle est devenue une femme facile. Mais pourtant, plus le film avance et plus on tombe sous le charme de Lola, qui est tout sauf une femme facile. Au contraire, elle se bat pour élever son fils et n’est pas tant une allumeuse. Elle attend l’amour de sa vie, et n’a couché avec Frankie que parce qu’il ressemble à l’homme qu’elle aime et pour se consoler. Et puis Lola a une insouciance, une légèreté qui la rend irrésistible et chasse bien vite le sentiment qu’elle est une cruche. La sublime Anouk Aimée excelle dans cet exercice et fait du personnage de Lola un personnage inoubliable que l’on ne peut qu’aimer

Michel, l’amour de Lola l’a quitté pour aller faire fortune, il la abandonné alors qu’elle attendait son enfant. Tout de suite on le voit comme un homme qui a fuit ses responsabilités et qui n’est qu’un coureur de jupons. Mais comme toujours chez Demy, tout est beaucoup plus compliqué car Michel avait toujours eu l’intention de revenir chercher Lola. Mme Desnoyers aussi est bien différente de ce qu’elle parait être. Elle est présenté comme une grande bourgeoise, respectueuse des conventions… mais en réalité elle a un passé troublé de danseuse, et a eu une fille hors mariage. Elle pense pouvoir retrouver l’amour avec Roland,  mais Roland n’a pas cette idée en tête.

Roland est un jeune homme qui cherche à trouver sa place et qui s’ennuie, ne rêvant que d’une seule horizon : partir loi de Nantes. Pour cela il est même prêt à tremper dans une combine louche et qui finira par être révélée. Mais dès qu’il retrouve Lola, il est prêt à rester juste pour elle. Mais il n’en demeure pas un personnage énigmatique, ce qui contraste avec le personnage de Lola pleine de vie et qui ne cache pas ses sentiments.

Afficher l'image d'origine

Et comme dans les films que Demy fera par la suite, tout est affaire de destin. Les destins des personnages sont liés, et le destin de l’un ne peut s’accomplir si le destin d’un autre ne l’a pas été. Si Roland n’avait pas demandé à Lola si elle l’aimait il ne serait pas parti vers d’autres rivages. Si Michel n’était pas revenu à Nantes, Lola serait partie. Si Frankie n’était pas parti, Cécile ne serait pas partie. Tout est circulaire et fonctionne en miroir. Cécile semble connaître le même destin que Lola (dont le vrai prénom est Cécile) : à 15 ans elle rencontre l’homme de sa vie qui quitte cependant la ville… Tout s’entremêle et donne de la force au récit du réalisateur qui arrive à nous captiver simplement en décrivant la vie simple de gens.

Premier film, et déjà tous les thèmes de prédilection de Demy sont en place. Dans une petite ville de province, tout le monde se croise sans vraiment se rencontrer. Tout le monde cherche à accomplir quelque chose mais ne trouve qu’après un certain temps. Le courage Et bien sûr LE thème de Demy : l’amour. Il croit que le grand amour existe, qu’il n’y en a qu’un et qu’il est éternel. Cette croyance est la raison d’être des personnages car elle entraîne certaines actions et certaines décisions. Et tout le génie de Demy est d’arriver à nous faire croire à cet amour et à intégrer dans une intrigue simple et tout à fait réaliste du romantisme et de la magie. Tout cela porté par une photographie à la fois simple et élaborée. Demy fait le choix du noir et blanc (alors que le projet de départ était de faire une comédie musicale en couleur) et l’image volontairement surexposée rend le film gai et lumineux, tout comme Lola est un personnage gai et lumineux.

Résultat de recherche d'images pour "lola jacques demy"


N’hésitez pas à aller faire un tour sur mon tumblr.

http://cocoqueme.tumblr.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :