Les vacances des Van Peteghem

Ma Loute, 2016

Afficher l'image d'origine

« Jubilatoire. A hurler de rire », L’Obs.

« Luchini désopilant, Binoche géniale », Les Inrocks.

« Une comédie féroce », Télérama.

« Un sommet de drôlerie », Studio Ciné Live.

« Un chef d’œuvre », Le Figaro.

« Formidablement drôle », L’Express.

« Jouissif », Positif.

Prometteur. Et pourtant, décevant.

Une idée de départ intéressante.

1910, les plages du nord de la France. Une famille de grands bourgeois vient passer les vacances dans leur villa au style égyptien particulier, alors même que la région est en proie à de mystérieuses disparitions. Idée intéressante. En effet, elle donne lieu à des paysages entre le sublime et le pittoresque, plantant un décor magnifique qui donne un aspect merveilleux au film. C’est aussi un boulevard pour dépeindre une série de personnages de la belle époque, et Bruno Dumont s’empresse de le prendre.

Dans ce décor féerique, évoluent des personnages drôles et déjantés. André Van Peteghem (Fabrice Luchini) ampoulé, dédaigneux, cachant (mal) son agacement envers sa sœur et sa femme, avec un corps mal formé lui donnant une démarche trainante, nonchalante et qui souhaite profiter tout simplement de ses vacances. Isabelle (Valeria Bruni Tedeschi) sa femme, vrai bourgeoise dont les seuls problèmes semblent être l’incompétence de la bonne, totalement perchée et à moitié naïve. Aude (Juliette Binoche), sœur d’André, femme volubile, exubérante, trouvant tout extrêmement beau, et enfermée dans son monde. Une sorte de Sarah Bernard, ou de Castafiore, grande dame actrice, exprimant ses sentiments avec emphase. Christian (Jean-Luc Vincent), beau-frère d’André aliéné mental, qui nous fait rire malgré nous. Voici une pléiade de personnages, caricaturés à l’extrême, qui nous font rire par leur démence, et leurs attitudes théâtrales.

Afficher l'image d'origine

A l’opposé, Bruno Dumont nous présente d’autres personnages, certains tout aussi croustillants, d’autres qui auraient pu l’être mais qui sont vulgarisés par l’intrigue. L’inspecteur Machin, grosse boule d’hélium qui bondit et roule, et son acolyte apporte par leur niaiserie et leur non-réaction de l’absurde poétique. La famille de Ma Loute, pêcheurs, bourrus, qui n’aiment pas les touristes mais qui sont obligés de composer avec eux, sont intéressants mais baclés.

Cela aurait pu donner un film sur les vacances des bourgeois, avec un fond de lutte des classes, et des convenances chamboulées avec l’histoire d’amour entre Billie et Ma Loute. Mais le film n’empreinte pas vraiment cette voie et c’est dommage car il aurait sûrement été meilleur s’il l’avait fait. On voit de très bonnes scènes : l’arrivée, l’installation, les querelles avec la bonne, les loisirs, l’extase devant tant de beauté, et une scène où Isabelle exprime son dégout pour les pêcheurs de moules. Mais le film n’exploite pas assez à mon goût ses thèmes, et sort de l’idée de raconter des vacances bourgeoises, de caricaturer la haute société en en faisant un monde absurde et burlesque.

Afficher l'image d'origine

Un univers qui se veut déjanté et féerique…

Le sujet, les personnages et le cadre sont porteurs. Et pourtant, je trouve que Bruno Dumont a gâché son film. Quand j’ai vu la bande-annonce, je me suis dit que ce serait un film un peu à la Wes Anderson, poétique, fou et déjanté. Mais il ne l’ai pas vraiment, ou du moins pas entièrement. Le cadre choisi était propice pour installer une ambiance hors du commun, un peu imaginaire et décalée. On retrouve cela en partie : les traversées de la lagune sont faites par les pêcheurs qui doivent porter les touristes, une certaine beauté et une esthétique pure dans les cadrages confère au film une certaine magie. On retrouve également un certain côté onirique, voire fantastique : l’inspecteur Machin qui roule et bondit semble tout droit sorti d’un rêve, ou d’un cartoon, Billie le fils androgyne d’Aude dont on hésite constamment entre la fille ou le garçon enveloppe l’intrigue d’une forme de mystère.

Les personnages sont totalement fous, déjantés, hilarants. Cela passe par les costumes, notamment ceux d’Aude qui ne porte que des couleurs chatoyantes, chamoirées, les postures et attitudes : André est bossu et se déplace d’une manière gauche, Isabelle est toujours indisposée, inquiète, à cheval sur tout, Christian ne comprend jamais rien. L’inspecteur et son acolyte sont toujours débordés par les événements, parfois même résignés car ils ne comprennent pas. Le film est rempli de non-sens, un peu à la british, et contribue à rendre le film drôle et peu commun.

Afficher l'image d'origine

… mais qui devient sordide et presque dégoutant.

Et c’est là où le film devient décevant. Par souci d’originalité, ou encore peut-être pour donner du corps à son film, Bruno Dumont imagine que les disparitions sont liées au cannibalisme de certains habitants, et que les Van Peteghem sont consanguins. On voit ainsi une scène dans la maison de Ma Loute où lui et ses frères mangent un ragout où l’on perçoit une oreille et sa mère brandissant un pied ensanglanté criant qu’il reste des bouts de bras. Ou encore on les entends dire que le jeune touriste qu’ils sont en train de manger est plus savoureux que le vieux qu’ils ont mangé la veille. Dégoutant. Il y a également cette scène où l’on apprend que l’un des enfants Van Peteghem (Aude ou Adré) est le fruit d’un inceste et qu’Aude et André ont aussi eu des relations sexuels ensembles. Sordide.

Ces deux ressorts servent de justifications. Le cannibalisme justifie les disparitions et la consanguinité justifie les attitudes des protagonistes. Inutile. En effet, les scènes de cannibalisme destinées à choquer le spectateur, ne font que donner au film une tournure gore, écœurante. Il justifie aussi des scènes de violence : Aude, Christian et Billie se font capturer et lyncher par Ma Loute et sa famille. Scènes totalement inutiles, les disparitions auraient très bien pu rester inexpliquées, cela aurait ajouté plus de mystère; scènes qui ne font que rallonger le film et lui font perdre en poésie. La consanguinité apporte du sordide et renforce le dégout déjà développé. Ici aussi inutile car cela brise ce qui aurait pu être un très beau film, une comédie totalement folle mais non dénuée de fantaisie et de charme. Finalement, Brunon Dumont souille son film, car l’intrigue devient quelque chose de répugnant, violent et presque obscène. Il en devient presque désagréable et crée un sentiment de malaise chez le spectateur.

Afficher l'image d'origine

Un film très inégal.

Le film démarre bien, mais s’étiole au fur et à mesure que l’envoûtement et l’émotion est remplacé par l’agressivité et le repoussant. Il s’étire en longueur du fait de scènes inutiles, qui ne participent pas à l’intrigue et qui sont incompréhensibles. Il en est ainsi de la scène du miracle dans la quelle Isabelle est sujette à une vision, s’envole et redescend transformée, comme une vierge. Ou encore l’inspecteur qui s’envole aussi à son tour et s’en suit une scène d’au moins cinq minutes de poursuite sur la plage. On aurait pu s’en passer pour avoir un film plus condensé et meilleur.

Luchini, Binoche et Bruni Tedeschi sont admirables, excellents. Parfaits dans leur rôle respectif, tout à fait à l’aise dans ces rôles de composition, ils éblouissent l’écran de drôlerie, d’exubérance, absurdité et folie. Mais peut-être trop exubérant. Au fur et à mesure que le film dure, tout cela devient lourd et irritant. On finit par en avoir marre.

C’est dommage. Ma Loute aurait pu être un très bon film, s’il avait été plus court, si les scènes inutiles avaient été supprimées et s’il avait été entièrement poétique et onirique.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 


N’hésitez pas à aller voir mon tumblr : http://cocoqueme.tumblr.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :