Bridget revient

Bridget Jones, L’âge de raison, 2004

Afficher l'image d'origine

Après le succès du Journal de Bridget Jones, Bridget Jones L’âge de raison a évidemment suivi, cela devient une habitude dans le cinéma actuel. Ce deuxième volet, loin d’égaler le premier, est tout de même pas mal. On passe quand même un moment sympathique, même si on ne peut que le comparer au premier, et bien souvent en moins bien.

On retrouve donc Bridget qui file le parfait amour avec le très beau, très brillant et très parfait (peut être trop parfait) Mark Darcy. Mais elle ne peut changer sa nature franche, et gaffeuse ce qui la met à l’écart dans le cercle professionnel de Mark, trop guindé, trop conservateur et trop sophistiqué. Elle suspecte également Mark de la tromper avec Rebecca sa charmante et très tactile collaboratrice. Elle décide donc de le quitter… pour retrouver, par le grand des hasards, Daniel Cleaver avec qui elle doit effectuer un reportage Thaïlande. Succombera-t-elle une fois de plus au charme destructeur du plus coureur des bad boys ?

Afficher l'image d'origine

Je ne suis pas fan des suites, mais il faut avouer que l’idée de voir évoluer la relation entre Mark et Bridget est intéressante et peu amener à de jolies développement. Bridget semble comblée par sa relation. Ils se soutiennent face à leur parents et portent les mêmes pulls horribles pour Noël, d’après Bridget Mark est un as au lit. Ils ont des moments de complicité vraiment mignons. Elle vit une relation parfaite avec un homme parfait et n’hésite pas à s’en vanter partout où elle va, ce qui crée des situations drôles. Et puis ils vivent des moments romantiques avec la scène de l’interphone (on aimerait tous qu’un homme magnifique nous déclare son amour à travers un interphone), et ces scènes s’élèvent au niveau du premier film pour notre grand plusieurs plaisir. Mais Mark semble trop parfait, en effet, et pour Bridget c’est assez rédhibitoire : il plie ses caleçons et ne semble pas prêt à la demander en mariage. Et cette évolution de leur relation et assez bien faite et plaisante à regarder, même si on regrette énormément que Bridget décide d’y mettre fin. Il n’y a pas que ça : elle le trouve conservateur, hautain, très peu spontané et un peu coincé.  

Afficher l'image d'origine

Bridget, l’éternelle gaffeuse. Oui, mais pas à ce point quand même ! 14 grosses gaffes dans le film, dont 4 en 23 minutes. Au rang de ses gaffes : un saut en parachutes qui termine dans la boue, faire n’importe quoi au ski… et bien d’autres. Ca en devient ridicule. Bridget Jones est devenue un personnage grotesque, ridicule. Les gaffes font son charme, il y en avaient quelques unes dans le premier film qui nous faisaient rire et qui rendait le personnage craquant et extrêmement sympathique. Mais là ca devient lourd, et détruit un peu le personnage que l’on aime tant. Au fameux diner annuel du barreau, elle est au delà du ridicule et presque laide tellement ils ont voulu faire du ridicule et marquer la différence avec Mark et son entourage. Et pourtant, il n’y avait pas besoin de ça. Il suffisait le faire jolie et de lui laisser son franc parler,  et la scène du quizz pour se démarquer sans être aussi affligeante qu’elle ne l’est là. Notamment, avec son ratage de maquillage; mais au delà de cette scène qui est destinée à faire rire, et qui ne fonctionne pas très bien, on a l’impression que l’équipe de maquillage a décidé de rater son maquillage tout au long du film et de la rendre laide.

Afficher l'image d'origine

Bridget, éternelle naïve. Au point de se poser la question si elle est encore amoureuse de Daniel Cleaver, avec qui elle doit partir en Thaïlande pour un reportage. Daniel arrive à embobiner Bridget en lui disant qu’il est en train de changer, de faire une thérapie et de devenir un homme bien. Et qu’il s’en veut d’avoir tout fait rater entre eux et qu’il aime… Blablabla…. Il en profite aussi pour critiquer la relation qu’elle a eu avec Mark, un méthode infaillible (ou presque). On se dit, pourquoi après tout. Pas très original mais pourquoi pas. En Thaïlande, elle mange un champignon hallucinogène ce donne lieu à une scène totalement ridicule. Mais là aussi, à la limite on se dit pourquoi pas. Par contre, les scènes dans la prison, très girly, sont rigolotes et font preuve d’un humanisme qui apporte un peu de sentiments au film.  

Afficher l'image d'origine

Bon, mais finalement il n’y a pas grand chose de neuf dans ce film. Il recycle beaucoup de recettes du premier en moins bien et on a pas envie de ca. On recycle la répartie de Bridget face à Daniel sur une chanson d’Aretha Franklin, mais c’est beaucoup moins percutant, ca été déjà fait une fois en mieux et on aimerait autre chose. On repart aussi avec un bagarre entre Daniel et Mark qui là est dans une fontaine et beaucoup moins punchy que la première qui au son de It’s raining men est culte. Cette scène est un peu flop. Il recycle aussi des gaffes : on a déjà vu les fesses de Bridget dans la caserne et là on les voit de nouveau avec le saut en parachute. Vraiment à cour d’idées. La preuve : la scène d’ouverture est un clin d’œil mièvre à La mélodie du bonheur et avec le saut en parachute, un clin d’œil à L’espion qui m’aimait, même la chanson est reprise. Bridget Jones est devenu un film qui s’inspire  de alors que le premier était un film qui inspire. Dommage.

Afficher l'image d'origine

Par ailleurs, l’histoire avec Rebecca et sa relation avec Mark et Bridget ne colle pas. Ca fait vraiment élément plaqué pour expliquer pourquoi Bridget croit que Mark la trompe. Tout cela n’est pas très cohérent. Et puis, à la fin on a le droit à une demande en mariage, qu’on attendait avec impatience il ne faut pas le cacher, et qui est mignonne mais sans plus. On s’attendait à mieux. Et le baiser final, encore une fois dans la neige, est quand même bien parce que Mark Darcy embrasse sacrément bien. Et Bridget de conclure : « I find my happy ending at last, and I truly believe that happiness is possible ». Voilà qui boucle la boucle, avec un film qu’on peut qualifier de pas mal, et dont on attendait beaucoup mieux. Et pourtant, il y a bien un troisième volet, histoire de descendre un peu plus bas encore.


N’hésitez pas à aller voir mon Tumblr : http://cocoqueme.tumblr.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :