La comédie musicale au goût du jour

La La Land, 2016

Résultat de recherche d'images pour "la la land affiche"

Subjuguée !!!! En sortant de la salle, j’avais des couleurs pleins les yeux, des chansons dans la tête et convaincue que tout étais désormais possible. Le film phénomène de la fin 2016, début 2017 a tenu toutes ses promesses. Cela fait longtemps qu’il est sorti sur nos écrans, il a charmé et remporté pratiquement toutes les récompenses : 7 Golden Globes et 6 Oscars, et pourtant je ne l’avais pas encore vu faute de temps. C’est désormais chose faite et c’est mon coup de cœur de l’année 2017. Depuis, j’écoute la bande originale en boucle, c’est pour dire… Tous les ingrédients des comédies musicales y sont réunis : rêves, magie, passion, amour, danses et chansons.

Mia rêve de devenir actrice. Elle enchaîne auditions sur auditions afin de pouvoir décrocher le rôle qui pourrait lancer sa carrière. Celles-ci se révélant infructueuses, elle est obligé d’être serveuse dans un café des studios d’Hollywood pour gagner un peu d’argent. Sebastian est un pianiste talentueux qui ne vit que pour le jazz et la mémoire des grands jazzmen. Il aimerait fonder son propre club de jazz mais faute de moyens, il est réduit à jouer là où on a besoin, sans pouvoir s’exprimer pleinement. Après deux rencontres quelques peu houleuses, Mia et Sebastian vont tomber amoureux et entamer une très belle et très romantique relation. Ils vont s’aider mutuellement dans la poursuite de leur rêve, ce qui s’avère difficile lorsque les obstacles commencent à surgir. L’un et l’autre vont devoir faire des concessions, des compromis s’ils veulent un jour pouvoir réaliser leur désir.

La La Land #lalaland #ryangosling #emmastone:

C’est une belle histoire. La trame de base est classique pour ce genre de films : un musicien, une actrice; ils ont du talent et viennent à Hollywood pour percer et réaliser leur rêve; ils tombent amoureux et partagent leur passion mutuelle. Mais le film va plus loin et explore ce qu’il faut sacrifier pour réaliser le rêve en question, tout n’est pas rose. Mia et Sebastian se galvanisent mutuellement, se donnent confiance en eux et ensemble ils arrivent a trouver une dynamique, une énergie qui les rapprochent, qui nourrit leur passion amoureuse et qui leur permettent de toucher du doigt ce beau rêve. Mais il y a des obstacles qu’il faut surmonter. Les déconvenues aux auditions, l’impossibilité de trouver un emploi à la hauteur de son talent. Tout ceci entame la confiance en soi, la volonté. Pendant un  temps, l’amour de l’autre permet de passer outre, d’oublier et de persévérer. Mais il faut tout de même finir par faire des sacrifices. Il faut sacrifier une partie de sa vie, renoncer partiellement à son rêve pour pouvoir mieux l’atteindre. Et cela peut passer la rupture de certains liens.

La La Land (2016):

Mais le film n’est pas triste. Au contraire, il est plein de joie, d’optimisme. Ce qui fait du bien aujourd’hui. Ce film donne de l’espoir, on se dit qu’il ne faut pas renoncer, qu’il faut continuer et même si cela nous prend du temps, on réalisera un jour nos désirs cachés. Il suffit d’y croire… jusqu’au bout.

Le film fait du bien aussi par l’ambiance générale et l’esthétique qu’il dégage. La comédie musicale au cinéma est un peu tombé dans l’oubli. Damien Chazelle l’a fait revivre. Une comédie musicale moderne ancrée dans l’âge d’or du genre. Un vibrant hommage aux années 40-50 et aux plus grands : Fred Astaire, Ginger Rogers, Gene Kelly… Le film se nourri de toutes ces références. La scène d’ouverture dans l’embouteillage est un hommage vibrant à la scène d’ouverture des Demoiselles de Rochefort : un pont, un arrêt, des voitures, des danseurs, des chateurs. Le numéro finale reprend l’esthétique du numéro « Broadway Melody » de Chantons sous la pluie : décors en carton pâte rouge et jaune, images défilant pleines de couleurs et de mouvements, des montagnes de coupes de champagne ; et un petit clin d’œil à Drôle de Frimousse : Audrey Hepburn, l’Arc de triomphe et le bouquet de ballons multicolores.

Dancing into Sunday like #EmmaStone and #RyanGosling dancing their hearts out in #LaLaLand! : Dale Robinette:

Le tout modernisé cependant. Le moderne s’immisce dans le vintage, les costumes, les décors sont un mix des deux. Les chorégraphies sont un mélange de différents types de danses : claquettes, rock, foxtrot…. Les images captées par une caméra dynamique, intime et émerveillé comme le spectateur, au son d’une partition sublime composée par Justin Hurwitz, partition empreinte de jazz léger et virtuose, et de romantisme lyrique et enflammé. Damien Chazelle arrive ainsi à recréer la magie des comédies musicales, cette magie qui dans une explosion de couleurs et de sentiments apparaît à tout moment et enchante les yeux. Pour les adeptes du genre, comme moi, on peut peut-être regretter qu’il n’y ait pas un ou deux numéros de danse de plus, comme pourquoi pas un solo de claquettes de Ryan Gosling , dernier hommage aux plus grands. Ce n’est pas si grave, le film reste excellent et on passe un magnifique moment devant, en tout cas j’en ai passé un et j’avais même envie que ca ne se termine jamais.

 :

Ryan Gosling in La La Land:

Et pour finir, on ne peut pas ne pas mentionner la performance d’Emma Stone et Ryan Gosling. On avait déjà remarqué qu’ils avaient une grande alchimie à l’écran et que le duo fonctionnait à merveille (Crazy Stupid Love, Gangster Squad), et pour leur troisième collaboration ils font mouches encore une fois. Au départ, Emma Watson et Miles Teller (qui a déjà collaboré avec Chazelle pour Whiplash) étaient pressentis mais étant indisponibles, on a l’autre Emma et Ryan pour notre plus grand plaisir. Leur performance est excellente (à l’image du film finalement), ils dansent et chantent comme s’ils avaient faits cela toute leur vie. Tout semble facile, tout est élégant et glamour. Et pourtant, ils ont du apprendre à danser pendant 3 à 4 mois de répétitions. Faisant des claquettes, je peux dire à quel point c’est une danse complexe qui demande une très grande coordination et souplesse des membres. Et puis en regardant le film, je me suis dit que ce n’était pas possible que Ryan Gosling soit doublé au piano, parce que de par la façon dont les scènes étaient tournées, il ne pouvait en être autrement. Et de fait, il n’est pas doublé, il a appris à jouer du piano en 3 mois. Epoustouflant et cela donne d’autant plus d’authenticité au film. Deux personnages romantiques, un peu hors du temps, sensibles et forts dans leur fragilités. Les deux acteurs font vivre ces deux personnages de la plus belle des manières, et ils nous transportent avec eux.

Some of the magnificent scenery and colors from the La La Land movie. Director Damien Chazelle along with Ryan Gosling as Sebastian and Emma Stone as Mia are making musicals matter again. From The New York Times:

Deux performances magnifiques, pour un film excellent !! Un film qui nous rappelle que le cinéma peut aussi procurer du rêve de la féerie et permettre de créer de beaux films, même aujourd’hui où l’industrie du cinéma se contente principalement de blockbusters bourrés d’effets spéciaux ou de comédies majoritairement trash et vulgaires. A voir pour croire à nouveau en la musique et au pouvoir du cinéma. Mais à voir aussi juste pour se divertir en chantant et dansant.

La la land:

La La Land #lalaland #ryangosling #emmastone:


N’hésitez pas à aller visiter mon Tumblr : http://cocoqueme.tumblr.com/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :