Ciné-Club de Potzina – Mars 2017

Cinéma d’animation Japonais.

Ce mois-ci le thème du ciné-club de Potzina (groupe de bloggeuses et bloggeurs que vous pouvez retrouver sur la page Facebook : https://www.facebook.com/groups/1006847722767526/ ) est le cinéma d’animation japonais. Thème qui nous est proposé par Bangarang Daily. Je ne m’y connais pas vraiment en cinéma d’animation japonais, mais j’ai vu la plupart des films du Studio Ghibli et c’est pour moi l’occasion de vous parler de dernier film d’Hayao Miyazaki (grand maître du genre) qui m’a bouleversé, comme la plupart de ses films, mais ici encore plus que d’habitude. Ce film est Le vent se lève, réalisé en 2013 et le dernier du réalisateur, même si il serait en ce moment en train de travailler sur un nouveau projet.

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre »

Paul Valéry

Depuis son plus jeune âge Jiro rêve qu’il pilote et construit des avions sur les conseils de Caproni, ingénieur aéronautique italien qui a construit de nombreux avions révolutionnaires. Un jour en 1923  il rencontre Nahoko accompagnée de sa gouvernante, qu’il sauve du tremblement de terre. Quelques années plus tard, alors qu’il est devenu un ingénieur aéronautique en passe de rencontrer le succès, il la rencontre à nouveau à la campagne. Lui se repose et elle est en vacances avec son père. Ils tombent amoureux et vont décider de se marier alors même que la guerre approche et que Nahoko est devenue tuberculeuse et que son état a toutes les chances d’empirer.

Dès les premières minutes du film, rien qu’avec la musique du générique, j’étais déjà en larmes et ca n’a fait que continuer pendant les deux heures de film. Le vent se lève est LE chef d’œuvre de Miyazaki, l’aboutissement d’une carrière exceptionnelle. Ce film est à la fois une belle histoire, un hommage à son pays natal et une évocation de ses rêves personnels et de sa deuxième passion : l’aéronautique.

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

Les engins volants ont toujours joué un rôle important dans l’univers de Miyazaki, mais ici ils sont au cœur du film, au cœur du rêve de Joro. Les avions permettent de rendre hommage au développement fulgurant du Japon dans l’entre deux guerres. Le pays a développé un potentiel d’innovation technique et technologique exceptionnel, et c’est indéniablement une fierté pour le pays. Mais les avions permettent aussi de montrer que nos rêves parfois nous dépassent, ils nous échappent. Joro a toujours rêvé de construire un avion le plus fin, le plus, le rapide possible. Il y arrive et il l’a fait par amour de l’ingénierie, de l’esthétisme aéronautique. Mais sa création devient un engin meurtrier, un instrument de barbarie sans que Joro ne puisse rien y faire. Engin qui va à la fois servir la puissance militaire du pays, mais aussi contribuer à sa destuction et à sa défaite. Evoquer le thème de la guerre montre bien que le Japon est encore un pays meurtri et qui culpabilise encore de ce qui s’est passé pendant la 2nde guerre mondiale. Cette tristesse, cette culpabilité apporte une profondeur encore plus grande que ce qu’il a déjà et rejaillit sur Joro dont le rêve se transforme en cauchemar.

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

Comme souvent, on a en plus une magnifique histoire d’amour qui survit même quand les circonstances sont tragiques,noires et poussent à tout sauf à être optimistes. La beauté des images, des dessins est aussi encore une fois au rendez-vous. On oscille entre féerie de la nature, modernisme de l’industrie, nolstagie des traditions, violence de la guerre et l’onirisme du rêve. Le tout pour une effusion de sentiments et d’esthétisme qui retourne l’âme.

Un film plus que magnifique, et tous les qualificatifs ne suffiraient pas pour décrire la beauté et la perfection de ce film. Et indéniablement mon Studi Ghibli préféré.

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

Résultat de recherche d'images pour "le vent se lève"

Publicités

7 commentaires sur “Ciné-Club de Potzina – Mars 2017

Ajouter un commentaire

  1. Un film que j’ai trouvé très émouvant, et dont tu parles merveilleusement bien. J’ai des souvenirs très imposants de certaines scène, notamment la scène de train, avec un une bande son où des voix prennent la place des machines de manière terriblement étonnante

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :