Belles, Belles, Bête

La Belle et la Bête, 2017

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

 

« I want much more than this provincial life »

Belle

Disney continue son entreprise d’adaptation en live des dessins animés qui ont fait l’heure de gloire du studio, et c’est maintenant au tour de La Belle et la Bête. Bon ca fait un peu machine à fric, mais Disney sait y faire et ainsi fait rarement de mauvais film. Au delà ça, leurs films font un carton au box office, ce qui prouve bien que ca plait. Le conte écrit par Marie Leprince de Beaumont est éternel et Disney le fait revivre une nouvelle fois

Tout le monde connaît l’histoire. Belle demande à son père, à chaque fois qu’il va au marché, de lui ramener une rose. Mais un jour il cueille une rose dans le jardin d’un beau château. Malheureusement, ce jardin appartient à une Bête et pour punir le voleur, il l’emprisonne. Afin de faire libérer son père, Belle va devoir prendre sa place et passer le reste de sa vie avec la Bête.  Petit à petit elle va apprendre que la Bête est en fait un prince qui a été maudit. Mais il existe un moyen pour lever la malédiction…

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

Le dessin animé est devenu un classique et tout le monde l’aime. En le faisant revire en live, Disney fait tout de même un excellent travail. Le film colle beaucoup au dessin animé, tout en rajoutant des scènes, étoffant les personnages. Ainsi, le personnage du prince gagne en profondeur puisqu’il a une histoire. On comprend comment il est devenu vaniteux et sans cœur. Ce qui change la signification du personnage tout de même puisqu’il ne devient pas gentil, il redevient gentil. C’est une nouvelle idée des studios : une personne ne peut être foncièrement méchante, elle a une histoire, une raison pour être devenue comme ca. On l’avait déjà vu avec la version live de Cendrillon qui expliquait comment la marâtre a perdu toute humanité et compassion. Ce n’est pas déplaisant, mais quand on y pense cela diminue le mérite de Belle puisqu’elle n’a fait que faire revivre ce que la Bête avait oublié. On en apprend aussi plus sur les parents de Belle, sur sa maman notamment, ce qui là aussi peut apparaître comme une supercherie là uniquement pour apporter de la profondeur au personnage qui n’est pas forcément nécessaire parce qu’on ne s’intéresse pas vraiment à cet aspect. Mais c’est très bien amené et pas réellement gênant.

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

Mais le film arrive aussi à introduire une dimension qui n’y est pas forcément dans la version de 1991 (ou du moins selon mes souvenirs, cela fait longtemps que je ne l’ai pas vu) : un aspect inquiétant, noir et qui joue sur un côté effrayant. Ce qui donne indéniablement un plus et qui permet aussi au film de se démarquer de son ancêtre mais aussi peut être de toucher un public plus large.

Le parti pris de reprendre les chansons du dessin animé est également louable et donne des frissons à tous les inconditionnels de Disney (même si parfois la sonorisation apparaît un particulière et mal ajustée). Mais là aussi, il y a des innovations : une nouvelle chanson de Céline Dion et une magnifique chanson d’amour de la Bête, qui est une révélation parce que Dan Stevens est non seulement beau (mais ca je pense qu’on le savait tous déjà), mais il a une voix sublime qui donne des frissons. A noter qu’aucun acteur n’est doublé et que le travail d’ensemble sur les chants est de très bonne qualité. Emma Watson a une très jolie voix et j’ai été ravie d’entendre à nouveau la voix d’Ewan McGregor qui est exceptionnelle et que l’on avait déjà entendu dans Moulin Rouge.

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

Il est vrai que Disney n’a pas lésiné sur les moyens et s’est un casting du plus haut niveau puisqu’il faut y ajouter Ian McKellen, Emma Thompson, Stanley Tucci ou encore Luke Evans et Josh Gad. Ce dernier brosse d’ailleurs un portrait de Le Fou hilarant mais tout en finesse et très attachant, qui devient par là, même s’il n’est qu’un personnage secondaire, un des personnages mémorable du film.

Il ne faut pas oublier non plus les costumes de Jacqueline Durran qui sont très beaux et raffinés, et s’il fallait faire une comparaison, je les préfère à ceux de Cendrillon qui sont aussi beaux mais moins complexes et travaillés. La robe bleue de Belle qui est relevée laissant voir son pantalon donne un côté très moderne au personnage, et puis la fameuse robe jaune. Je l’avais vu en photo avant d’aller voir le film et j’avais été déçue, mais à l’écran elle rend très bien et est très élégante bien que moins précieuse que celle du dessin animée. Les visuels aussi sont assez époustouflants et en mettent plein les yeux.

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bête 2017"

New stills of Emma Watson as ‘Belle’ in Disney’s Beauty and the Beast (2017):

Je crois l’avoir déjà dit lorsque j’avais écrit mon article sur Cendrillon, mais Disney sait incontestablement faire des films. La Belle et la Bête version 2017 en est une nouvelle preuve et constitue un beau moment de cinéma.


N’hésitez pas à aller voir mon Tumblr : https://cocoqueme.tumblr.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :