Ciné-club de Potzina – Juin 2017

L’école au cinéma

Ce mois-ci BangarangDaily a choisi un thème qui a toujours inspiré les réalisateurs : L’ école au cinéma.

De l’école primaire à l’université en passant par le collège et le lycée, l’école a fait l’objet d’une particulière fascination. Tant et si bien qu’il y a un multitude de choix .
J’ai vécu à l’école des périodes heureuses et moins heureuses et comme je suis encore étudiante j’espère avoir encore de bons moments. J’ai toujours aimé aller à l’école et je fais partie de ces élèves qui ne veulent absolument pas manquer un seul cours. Et j’ai une fascination pour l’école d’autrefois. Ce thème est donc parfait.

De nombreux films me sont venus à l’esprit mais j’ai choisi de parler de l’école sous l’occupation et donc du film Au revoir les enfants de Louis Malle.

Résultat de recherche d'images pour "au revoir les enfants"

Durant l’hiver 1943-1944, Julien Quentin, fils de bourgeois, est pensionnaire au Collège Saint-Jean La Croix tenu par les pères carmes. Après les vacances de Noël il fait sa rentrée sans joie. Malgré la guerre, cette rentrée est presque comme les autres, jusqu’à le Père Supérieur présente de nouveaux élèves. L’un d’entre eux, Jean Bonnet, devient le voisin de dortoir de Julien.

L’école traverse les époques. Même si elle évolue et se réinvente, elle est toujours là. C’est le cas sous l’Occupation. Les pensionnats sont un moyen pour les enfants d’être en sécurité, loin de la guerre et des bombardements. Et en effet, dans ce collège en pleine campagne, les enfants assistent à la guerre de loin : à travers les lettres de leurs parents, les professeurs qui font des petits points sur l’avancée des opérations, ou encore en répétant ce que disent leurs parents de la guerre et qu’ils ont entendu pendant les vacances.

Résultat de recherche d'images pour "au revoir les enfants"

Culottes courtes, chaussettes montantes, bérets et capes sur le dos, ils arrivent tout de même à trouver des moments, peut-être pas de joies, mais de rires et d’innocence. On est plongé dans un ambiance assez fascinante. Cette ambiance de pensionnat de garçon : c’est à qui montrera le plus sa testostérone. Et de ce fait c’est un peu bagarres sur bagarres. Mais ce sont aussi des garçons issus de familles bourgeoises qui vivent dans un pays en guerre; et les petits garçons de 12 ans jouent aux chevaliers qui sont valeureux et qui sauvent le monde. Les ambiances de classes avec les devoirs sur table, les dictées, les démonstrations de tangentes aux cercles sur le tableau noir et même des cours de piano qui permettent de trouver un peu de douceur. Les jeux d’échasses dans la cour de récréations, les séances d’éducation physique et sportives où ils courent dans la neige et font des pompes. Et enfin les sorties scouts avec des chasses aux trésors dans la forêt.

Résultat de recherche d'images pour "au revoir les enfants film"

Mais c’est aussi une ambiance triste. Alertes bombardements qui obligent à continuer les cours dans les abris sans lumières, rationnement et biscuits vitaminés (qui honnêtement ne font pas envie) à la fin du repas, marché noir au sein du collège avec Joseph le garçons à tout faire qui procure des cigarettes et autres biens rares. Et puis la guerre est partout et a un impact sur les comportements des enfants et notamment le grand-frère de Julien, François. Il traite la milice de collabos en plein restaurant, il demande à sa mère ce qu’elle penserait s’il prenait le maquis, et une réaction très potache mais qui montre que lui fait la guerre à sa façon : quand les boshs demandent leur chemin, il les envoient toujours à l’opposé ! Plutôt potache, mais à la guerre comme à la guerre !

Image associée

L’amitié qui va naitre entre Julien et Jean, mais aussi la dernière scènes montre que l’école est aussi un lieu créateurs de liens très forts et de solidarités qui rendent les périodes les plus sombres les plus belles.

 

Résultat de recherche d'images pour "au revoir les enfants film"

Louis Malle a vécu l’épisode qui est raconté. Seulement il ne s’est pas lié d’amitié avec l’élève juif. Bien que romancée et étoffée, l’histoire traduit les souvenir du réalisateur et ses regrets de ne pas être devenu avec ami avec cet élève.

Résultat de recherche d'images pour "au revoir les enfants film"

 


Ce film me fait penser à un livre que j’ai lu il y a quelques années, Un Lycée pas comme les autres de Yvonne Meynier. C’est un roman épistolaire qui raconte le quotidien de deux sœurs qui sont scolarisées dans un lycée de fortune à la campagne. Bien que plus drôle et plus joyeux, ce roman raconte la même réalité mais côté féminin et nous donne à voir tendresse et innocence.


 

Quelques mots pour vous rappeler que le Ciné-club de Potzina partage chaque mois des films sur un thème choisi par l’un des membres. Visitez notre page Facebook et rejoignez-nous !!!

 

Publicités

2 commentaires sur “Ciné-club de Potzina – Juin 2017

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :