Monstrueux, et encore….

Okja, 2017

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017 affiche"

Vous avez surement entendu parler d’Okja, le film qui a défrayé la chronique du mois de mai. Okja, film du réalisateur coréen Bong Joon-ho, produit par Netflix et sélectionné au Festival de Cannes (avec The Meyerowitz Stories également produit par Netflix). Grande première et surtout grande polémique. Dès l’ouverture du Festival, le président du jury (l’éminent Pedro Almodovar) a déclaré qu’il ne décernerait pas la Palme d’or à un film qui n’est pas accessible en salles. Car le festival de Cannes permet justement de faire découvrir et de primer des films d’auteurs qui seront ensuite visibles sur grand écran. Et je suis d’accord. Alors ca ne veut pas dire que le cinéma aujourd’hui ne doit pas évoluer, mais qu’il doit garder cette tradition ancestrale de diffusion dans les salles obscures car ce n’est pas la même chose d’aller voir un film qui vient de sortir au cinéma que de le regarder chez soi. Voir un film nouveau sur grand écran est une expérience très agréable et unique car on apprécie particulièrement l’esthétique (ou la non esthétique) et les qualités visuelles du film ; mais on est aussi plongé dans une atmosphère particulière qui est celle de la salle de cinéma : les fauteuils rouges, le pop corn…..

Image associée

Néanmoins, comprenez moi bien, je trouve cela fantastique que des plateformes de VOD comme Netflix ou Amazon financent des films destinés à rivaliser avec les productions cinématographiques classiques. Si on peut voir autre chose que le énième reboot d’un film qui a déjà fait l’objet d’un remake…. je ne dis pas non. Mais ces films, à partir du moment où ils s’imposent comme de réels concurrents et qu’ils sont destinés à être sélectionnés pour divers festivals, doivent trouver un moyen d’être diffusés au grand public, sans pour autant bousculer le business plan de ces plateformes et les avantages dont bénéficient les abonnés.

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"

Mija vit dans les montagnes avec son grand-père et élève un cochon géant nommé Okja. La petite fille est devenue réellement amie avec l’animal. Mais Okja est l’un des 26 cochons que Mirando Corporation a confié à des agriculteurs pour être élevés selon les méthodes locales. Au bout de 10 ans, l’un de ces cochons devait être couronné plus beau cochon. Okja est sélectionné et la Mirando Corporation vient récupérer l’animal pour l’emmener à New York. Mais Mija ne l’entend pas comme cela et elle va tout faire pour récupérer et sauver Okja.

Polémique à part, Okja est un film qui vaut le détour. Particulier certes, mais à voir.

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"

A voir pour l’esthétique. Ca fait plaisir en effet de voir un film dont les plans, les lumières et la mise en scène sont recherchés. Bong Joon-ho met l’esthétique au service du film. Avec les différences de lumières, de largeur de plans et de vitesse de la caméra, il pose superbement le contraste entre la vie saine, calme et heureuse dans les montagnes coréennes, évocation d’un véritable paradis sur terre, et la noirceur, la violence et même l’atrocité de la vie en Occident. Tout est très léché, rendant ainsi la narration irréelle même si l’on finit par en douter tant l’histoire est ancrée sur des débats récurrents aujourd’hui.

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"

Un film résolument anti-capitaliste donc, et le réalisateur ne s’en cache pas. Il émet une critique acerbe des grandes sociétés capitalistes (dans le film elles sont américaines, mais c’est totalement transposable aux autres pays) : critique du greenwashing, de la suprématie du profit et de la stratégie dominatrice de ces sociétés. Et un film engagé contre la maltraitance animale, les dérives de la science et surtout de la génétique. Ce qui nécessite une succession de plans extrêmement violents, aux limites de l’horreur (après tout Bong Joon-ho est connu pour être le maitre du film de monstres). Pour les plus sensibles, fermez les yeux car ce qui se déroule sous nos yeux est d’une telle cruauté (scènes dans l’abattoir, dans le laboratoire) qu’on aimerait réellement ne pas avoir vu ca. Mais le film arrive tout de même à captiver et on se prend d’une telle sympathie pour ce gigantesque cochon-lapin-hippopotame qu’on finit le film pour savoir ce qui va lui arriver.

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"

A voir aussi pour les acteurs qui sont époustouflants. Tilda Swinton magistrale comme d’habitude en PDG éternelle gamine, totalement perchée et même folle dont la folie est malsaine et destructrice. Jake Gyllenhaal excellent en docteur vétérinaire fini, véritable looser à la voix suraigu et aux manières très très particulières, et dont des années de pratiques atroces l’on rendu complètement maboul. Et enfin, la petite Ahn Seo-hyeon qui est bouleversante et qui nous arrache des larmes.

Image associée

Je m’attendais à un film poétique et onirique sur l’amour d’une petite fille pour un grosse bête. Mais en fait le film devient très vite cauchemardesque. Il y a des scènes, certes nécessaires, mais dérangeantes, terrifiantes et traumatisantes. Ce film ne laisse pas indifférent, il ne peut pas laisser indifférent. Le message passe, c’est indéniable. C’est un bon film, mais pas de ceux que je regarderai à nouveau et surement pas de ceux que j’emmènerai sur une ile déserte.

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"

Résultat de recherche d'images pour "okja 2017"


Je vous annonce la création de la page Facebook du site : https://www.facebook.com/Cinéma-dhier-Cinéma-daujourdhui-823962584439554/ . N’hésitez pas à aller liker et partager, pleins de surprises vous attendent !! 🙂

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :